LE MINEFOP ORGANISE LE TOUT PREMIER FORUM NATIONAL Y RELATIF

DSC 1463


La cérémonie d’ouverture a eu lieu le mardi 11 septembre 2018 au Palais des Congrès, sous la présidence du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle représentant le Premier Ministre Chef du Gouvernement, entouré pour la circonstance de son homologue de la Jeunesse et de l’Education Civique, du Secrétaire Général du MINEFOP, du Directeur Général du FNE, ainsi que de nombreux experts et participants. Objectif : Promouvoir la systématisation de la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des métiers et des Compétences tant dans les entreprises que dans les territoires au Cameroun, pour en faire un instrument au service et l’émergence du Cameroun.

 

 

Les travaux qui se sont déroulés du 11 au 13 septembre 2018 au Palais des Congrès de Yaoundé, ont permis à l’équipe conduite par le Dr Tabi Akono François, Coordonnateur Institutionnel du Programme de Coopération Bilatérale 2016-2018 entre le Cameroun et la France dans le domaine de l'emploi, de fédérer les énergies en vue d’une mise en place d’une plateforme Nationale de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriales au Cameroun (GPECT-CAM). Le tout, à la faveur du tout premier Forum national sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des métiers et des Compétences dans les Entreprises et sur les Territoires au Cameroun, sous le thème : « La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) entreprise et territoriale : un instrument efficace au service de la croissance et l’émergence du Cameroun ». Une centaine de participants, des experts du Fonds National de l’Emploi et de pôle-emploi France, et des directeurs des Ressources humaines des plus grandes entreprises, organismes parapubliques et multinationales basés au Cameroun ont répondu présents à l’appel. La cérémonie d’ouverture de cette première au Cameroun s’est déroulée autour de deux prises de parole, à savoir la leçon inaugurale suivie du discours d’ouverture de Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, prononcé en son nom par le Ministre Zacharie Perevet de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

  

    LA LEÇON INAUGURALE DU FORUM


Elle a été délivrée par Dr. TABI AKONO François, Inspecteur Général des Formations au Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et par ailleurs Coordonnateur Institutionnel du Programme de Coopération Bilatérale 2016-2018 entre le Cameroun et la France dans le domaine de l'emploi. Elle portait sur le thème : « Contribution de la GPEC Entreprise et la GPEC Territoriale dans une économie en voie d’émergence : le Cas du Cameroun ». Cette communication était bâtie autour des principaux points ci-après (1) de la GPEC entreprise à la GPEC territoriale (2) les enjeux et apports de la GPEC territoriale et (3) les conditions de réussite de la GPEC-T.
Evoquant dans la partie introductive de son propos, le contexte de la mise en œuvre de cet outil de Gestion des Ressources Humaines, l'Inspecteur Général des Formations s'est appesanti sur les défis liés à l’industrialisation et à l’émergence auxquels le Cameroun est confronté. Ces défis a-t-il poursuivi ont conduit les pouvoirs publics à concevoir des instruments appropriés pour y faire face, au rang desquels la création du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle en 2004 et l'inscription de l'emploi au cœur des politiques publiques dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi. Cet intérêt pour la formation du capital humain s'est accru avec la promulgation de la loi n°2018/010 11 juillet 2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun.
La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans les Entreprises et les Territoires (GPEC-T), objet du présent forum représente de l’avis de l'orateur, un instrument efficace au service de la croissance et de l’émergence. L'orateur a achevé son intervention en invitant les acteurs à adhérer à la mise place aux niveaux national, régional et local de la plate-forme des acteurs GPEC-T. L’opérationnalisation de cet instrument de développement et de valorisation des potentialités des territoires rentre en droite ligne de la volonté des pouvoirs publics d’accélérer le processus de décentralisation et développement local, notamment avec la création d’un département ministériel qui lui est dédié.

                              LE DISCOURS D’OUVERTURE


Prenant la parole pour le prononcé du discours d’ouverture, au nom du Premier Ministre Chef du Gouvernement, le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a tenu a relever que : « la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Métiers et des Compétences que le Gouvernement voudrait « systématiser » dans les administrations, institutions publiques et privées ainsi que dans les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD), a pour but d’une part, de permettre à notre système de production de disposer des Ressources Humaines de qualité dont il a le plus besoin pour une insertion socio-économique plus accrue des chercheurs d’emplois, pour la compétitivité de nos entreprises et pour l’émergence du Cameroun l’horizon 2035, et d’autre part, de permettre aux entreprises et aux Collectivités Territoriales Décentralisées de mutualiser leurs ressources, partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques, développer et sécuriser les parcours professionnels de leurs ressources humaines ».
Poursuivant son propos, il a ensuite souligné que : « le Cameroun met au centre de l’action gouvernementale, le développement du capital humain. En effet, il ne peut y avoir de développement durable sans prise en compte effective et pertinente de notre jeunesse, nos chercheurs d’emploi, nos étudiants, nos apprenants et notre main-d’œuvre. C’est fort de cela que le Gouvernement a engagé des réflexions depuis 2013, notre réflexion sur les stratégies idoines et efficaces permettant à notre système de formation, de mettre à la disposition du marché de l’emploi des Ressources Humaines de qualité ».
S’agissant précisément de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, le MINEFOP a précisé qu’il y a d’importants défis à relever permettant : aux jeunes de mieux se former pour mieux s’insérer, aux travailleurs de disposer des conditions de travail décentes, avec des plans de carrière bien encadrés , aux entreprises de disposer des plans d’actions qui donnent plus de visibilité et de lisibilité en termes de recrutement, d’emplois en transition, en tension ou émergents, des profils de compétence recherchés, des besoins en renforcement des capacités, des possibilités de reconversion ou de mobilité professionnelle et aux territoires de prévoir les mutations économiques.
Pour sa part a-t-il poursuivi, le Gouvernement de la République poursuit la mise en place des infrastructures académiques, scolaires et professionnelles dignes de ce nom pour une formation de qualité de nos jeunes. Il encourage, celles des entreprises qui se sont déjà engagées dans cette voie, à aller de l’avant. Mais pour aller plus loin, il faut s’engager davantage en adhérant massivement à la « Charte Partenariale sur la gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans les entreprises et sur les territoires au Cameroun (GPECT-CAM) », dont certains parmi vous ont participé à son élaboration et à sa consolidation.
Cet engagement a-t-il conclu marquera une ferme volonté à œuvrer ensemble pour le développement des métiers, des emplois et des compétences aux plans national et local, afin de garantir à nos jeunes un meilleur avenir, et de permettre aux administrations, aux entreprises et aux Collectivités Territoriales Décentralisées d’être non seulement performantes, mais aussi innovantes et compétitives. Il a enfin déclaré ouverts au nom du Premier Ministre Chef du Gouvernement, les travaux du Premier Forum National sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Métiers et des Compétences dans les Entreprises et sur les Territoires au Cameroun.


                  LES TRAVAUX ET LES RESULTATS ATTENDUS


La photo de famille qui est venue immortaliser l’instant a cédé la place aux travaux en plénière qui ont été planifiés et menés avec méthode par le Dr Tabi Akono François, Coordonnateur Institutionnel du Programme de Coopération Bilatérale 2016-2018 entre le Cameroun et la France dans le domaine de l'emploi et son équipe. Il s’est agi du 11 au 12 septembre d’informer et sensibiliser les différents acteurs sur la nécessité de la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des métiers et des Compétences Territoriales (GPECT) pour une économie en voie d’émergence; d’organiser les acteurs autour d’une Plateforme partenariale sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des métiers et des Compétences Territoriales; de faciliter la mise en place d’un réseau des responsables en charge de la gestion des Ressources Humaines ainsi que l’intermédiation entre les chercheurs d’emplois et les offreurs d’emplois. Le tout au travers de tables rondes en plénière axées d’une part sur l’expérience de la mise en œuvre de la GPEC-T en France et au Cameroun et d’autre part sur les instruments stratégiques et opérationnels pour le développement des compétences et d’insertion socio-économique des chercheurs d’emploi dans le cadre d’une vision prospective.
Au terme de ce Forum, quelques résultats étaient attendus. Il s’agissait notamment de procéder à la vulgarisation du concept de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences tant dans les Entreprises que dans les Territoires auprès des différents publics cibles au Cameroun ainsi qu’à l’adoption et la signature d’une charte partenariale de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences au Cameroun; la mise en place d’une Plateforme Nationale de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriale (GPECT-CAM) entre autres.

                        CÉRÉMONIE DE CLÔTURE


La cérémonie de clôture du Forum le 13 septembre 2018, s’est déroulée dans une atmosphère festive. En présence du Ministre de l’Emploi et la Formation Professionnelle, des centaines de participants ont reçu des attestations de participation. Le MINEFOP dans son discours de clôture s’est félicité de l’organisation dudit forum et a invité les organisateurs à mettre en œuvre les recommandations issues de cette importante concertation. Des groupes de danse Bassa et Bafia sont venus clôturer dans une ambiance festive, cette première au Cameroun. Vivement la seconde édition !

                                                                                                                                                                                                                                               Urbain Claude NLATE