SG107918 min

C’était au cours d’une cérémonie présidée par le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ce mercredi 24 octobre 2018 à l’esplanade du Centre de Formation Professionnelle Rapide d’Employés de Bureau de Yaoundé. Plusieurs structures publiques de formation professionnelle réparties sur l’ensemble du triangle national en ont bénéficié dans les filières Industrie d’habillement, Maçonnerie et Mécanique Automobile.

 

 

Le soleil a tenu à être au rendez-vous ce mercredi 24 octobre 2018. Il a illuminé les visages déjà radieux des 29 directeurs des SAR/SM venus des dix régions du Cameroun, qui ont reçu des mains de Monsieur Zacharie PEREVET, les kits de formation professionnelle. Dans son discours de circonstance, le MINEFOP a tenu à rappeler que « le développement de la formation professionnelle passe inéluctablement par le renforcement des capacités des structures de Formation professionnelle sur le plan des ressources humaines, des infrastructures et des équipements ou matériels didactiques ». Il a également  précisé que le Gouvernement de la République à travers le Département ministériel dont il a la charge, s’est engagé depuis plusieurs années à la réalisation de ce triptyque, qui vise à offrir aux jeunes, une formation professionnelle de qualité et de favoriser ainsi leur insertion professionnelle. Il est à noter que la mise à disposition desdits kits de formation aux SAR/SM et aux Centres Publics de Formation Professionnelle s’inscrit dans le cadre du Programme de Développement de la Formation Professionnelle et découle de la stratégie y relative. Relativement à ladite stratégie, le MINEFOP a relevé qu’ elle « met en exergue la stratégie gouvernementale contenue dans le DSCE en prenant en considération les choix économiques et sociaux par la promotion de la formation professionnelle à des niveaux élevés de qualité et d’efficience en vue de la préparation d’un capital humain capable de suivre les évolutions technologiques et organisationnelles, et de contribuer à l’amélioration de la rentabilité des entreprises, à l’attraction des investissements nationaux et internationaux et à la promotion des individus et de la société ».

 

Pour l’exercice 2018, le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a porté son choix sur les filières Industries d’Habillement, Maçonnerie et Mécanique automobile.

Aux responsables des structures de formation professionnelle, le MINEFOP a instruit des changements majeurs dans la façon de planifier la formation, de la gérer, de la dispenser à travers un plateau technique de formation qui obéit aux normes et standards en la matière, en vue d’une amélioration de l’efficacité interne et externe du dispositif de formation professionnelle. Il leur rappelé avec fermeté que les équipements mis à leur disposition doivent être utilisés à bon escient dans le seul but a t-il insisté d’améliorer les conditions d’apprentissage pratique au profit de leurs apprenants et non servir leurs intérêts personnels. Il n’a toutefois pas manqué de les féliciter pour la formation apportée aux jeunes tout en les encourageant à aller de l’avant et à « bien garder le plus longtemps possible ces précieux équipements et à veiller à leur bon fonctionnement et bonne utilisation ». La fin du discours du MINEFOP a débouché sur la remise des kits dans lesquels l’on retrouvait en Industrie d’Habillement, des machines presseurs à boutons, des machines presseurs à œillet, des machines fait tout, des ciseaux électroniques circulaires avec lame, des surfileuses raseuses, des piqueuses plates industrielles et à pédales, des fers à repasser, des tables de repassage avec jeannette, des mannequins hommes et femmes et bien d’autres matériels.

En mécanique automobile, les kits étaient composés de simulateurs électroniques universels, des colliers à segment, des palans à chaîne, des coffrets à douilles, des clés à bougie, des jeux de clé mixtes et à molette, des jeux de tournevis, de pinces, des casques à soudures, des chargeurs démarreurs de batterie, des multimètres numériques avec cordons de test, des meules tronçonneuses et autres perceuses électriques. Tandis qu’en filière maçonnerie, les kits étaient constitués de massettes, de scies égoïnes, de pinces à décoffrer orthogonales, de sceaux plastiques, de plusieurs auges, niveaux à bulle d’air, caisses à outils en alu, testeurs d’humidité digitale 3 en 1, truelles rondes, fils à plomb, blouses, casques, chaussures de sécurité et  décamètres.

                                                                                                             Urbain  Claude  NLATE